L’Express Style du 11-18 mars 2010

L’adresse de la semaine – Ses planches, son casino et…son bistrot gastronomique aux accents fusion achèvent de convaincre le gourmet.

Vous êtes un goûteur averti, de la tribu des gastromaniaques débarquée en masse, les 22 et 23 février, à l’Omnivore Food Festival de Deauville, le grand raout toqué où les cooking stars du monde entier dévoilent sur scène leurs dernières créations. Vous ne perdez par une miette de la météorite aux noisettes signée Alexandre Gauthier, vous vous laissez bercer par les harmonies hypnotico-vaudoues des trois chefs suédois du restaurant Trio et vos synapses chauffent sévère devant le dessert cochon et meringue à la bière du chef belge Kobe Desramault.

Ces performances extraterrestres vous ayant mis l’eau à la bouche, vous filez dans le seul restaurant susceptible de vous décrocher la lune dans le néant deauvillais : l’Essentiel. Vous invoquez son pitch réjouissant – Charles Thuillant, un ancien de chez Robuchon et de chez Ledeuil, marié à Mira, jeune Coréenne ayant fait ses classes chez Inaki, à Paris – son plaisant décor de tables au carré et de murs gris et grenat sur fond de rythme électro et son menu noirci de bonnes intentions.

Lire la suite sur Styles & Saveurs de L’Express.fr

Styles & Saveurs de L’Express.fr

Un talent prêt à éclore : L’Essentiel

Ouverte il y a moins d’un an, cette maison a soigneusement rodé sa carte avant de vivre sa première saison estivale. Au programme : une cuisine instinctive et sans tabou.

Ça y est ! L’Essentiel, inauguré en octobre 2008, va vivre son premier été deauvillais. Tout est prêt : la grande et belle terrasse, le décor contemporain, épuré, presque chic, entre murs rouges et tons gris, la bande-son tendance réglée sur « pas trop fort »… Il faut dire que, pendant l’hiver et le printemps, cette maison à mi-chemin du bistrot et du « gastro » a eu le temps de se roder avant d’ouvrir grandes ses portes aux foules de la très haute saison. En quelques mois, elle s’est même taillée une réputation plutôt enviable. Petit retour en arrière : il y a quelques années, Charles Thuillant travaille chez William Ledeuil, à Paris, à la fameuse Ze Kitchen Gallery. Dans les cuisines, il rencontre Mi-Ra, une jeune Coréenne. Ces deux-là ne se quittent plus, se marient et, après un passage chez Robuchon, puis dans quelques autres excellentes adresses, se décident à quitter Paris pour créer leur restaurant…

Lire la suite sur Styles & Saveurs de L’Express.fr